Aller à la navigationAller au contenu

Le nouveau studio des Chacals : making of

Qui dit "émission qui évolue vers un format vidéo" dit "besoin de faire un beau studio". Bon OK, personne ne dit ça, mais ça ne nous empêchera pas de vous montrer un peu comment ce studio a été conçu. Car on y a mis du cœur. Beaucoup de cœur. Enfin, surtout Damien, Mathieu et Paul qui ont fait un taf de dingue. Un grand merci à eux. D'ailleurs, vous aussi, qui lisez cet article, allez immédiatement les remercier d'avoir fabriqué un joli studio, bande de malpolis.

Le studio des Chacals
Photo d'illustration par Les Chacals

Étape 0 : Trouver une place

Plusieurs possibilités se sont offertes à nous, dans les locaux que Paul loue pour son entreprise et qu'il met grâcieusement à disposition pour Les Chacals (et là encore, un grand merci à Paul !) Et vous allez voir que si sur cette photo, Paul et Damien ont l'air parfaitement à leur aise, être à 5 dans ce coin, ça va être une autre paire de manches, comme disaient les gens qui s'exprimaient à une époque assez lointaine.

Damien et Paul prenant place dans le futur studio

Étape 1 : Un peu de modélisation 3D

La première modélisation du studio était un peu différente du projet final. Notre toute première source d'inspiration a été le studio de l'émission Pop Corn.

Aperçu du studio Popcorn

Les premières idées nous ont été proposées par Amandine (que l'on remercie) et nous ont permis de trouver dans quelle direction nous allions partir pour concevoir ce studio. Au début, on prévoyait :

  • Pour l'arrière-plan, 3 grands panneaux de bois avec une jonction entre chaque
  • Pour la table du studio, un pupitre sur-élevé pour Kris et le reste de la table un peu plus bas pour les autres.

Vue 3D gauche du studioVue 3D de face du studioVue 3D droite du studio

À l'arrière les panneaux seront soutenus par une structure avec des tasseaux de bois.

Vue 3D arrière du studio

Étape 2 : Le choix des matériaux

Dès le départ, on savait que l'on voulait quelque chose de convivial, chalereux, organique, concret et simple. Une des contraintes que l'on avait était que l'on n'avait pas non plus un budget illimité. Le choix du bois comme matériaux de base était donc une évidence. Si c'était de la récup, c'était encore mieux ! Il a tout de même fallu que l'on achète quelques tasseaux de bois pour la partie structurante, mais nous avons eu la chance de pouvoir trouver des panneaux de bois "OSB" suffisamment grands pour constituer l'arrière-plan et des planches de palette pour réaliser le bardage de la table (on y revient plus tard dans l'article). Le reste, on a été le chercher dans un célèbre magasin de bricolage dont l'enseigne est représentée par un gros triangle vert. Et non, c'est pas Leader Price comme pourrait le suggérer la photo de Paul qui pousse le chariot.

Paul qui pousse le chariot avec les tasseauxTasseaux et matériaux pour le bricolage

Histoire d'avoir un rendu un peu plus propre et un toucher plus agréable (😏) sur la table, on a choisi un revêtement en PVC pour recouvrir la table. Oui, un truc qui est fait pour le sol au départ peut aussi bien servir à décorer une table. Toutefois, il n'est quand même pas recommandé de grimper debout sur la table. Et pour les panneaux de bois, comme les motifs de l'OSB nous laissaient un peu perplexes, on s'est dit qu'il serait mieux de les recouvrir de papier peint. 2 panneaux sont blancs, afin de pouvoir prendre des couleurs grâce aux spots LED, les 2 autres sont recouverts d'une tapisserie imitation mur de brique pas piqué des hannetons, comme disent les mêmes types que tout à l'heure. PVC, papier-peint, ce sont des choix efficaces pour ce que l'on veut faire : facilité à poser et rendu plutôt sympa à la caméra.

Étape 3 : Fabrication des panneaux de bois

La première étape a été de fabriquer un panneau (incroyable !) Oui, un seul. Histoire de voir quand même ce que ça donne et s'il faut faire des retouches par rapport au plan initial. Et la première sous-étape a été de fabriquer la structure portante avec des tasseaux.

Une partie de la structure portante d'un panneau en boisAperçu de la jonction des tasseaux de bois de la structure portanteAutre aperçu de la jonction des tasseaux de bois de la structure portanteEncore un autre aperçu de la jonction des tasseaux de bois de la structure portante

Et comme l'ensemble du panneau semblait tenir la route, on s'est dit qu'il fallait faire les autres.

Face avant du panneau de boisVue arrière du panneau de bois

Et voilà le résultat : 3 beaux panneaux pour supporter l'arrière plan ! Ils sont beaux tous les 3, n'est-ce pas ? Ils se tiennent fiers et droits, bref, ils ont de la gueule.

Aperçu des 3 panneaux côte à côteAperçu des 3 panneaux, un peu plus loinVue arrière de la structure des panneauxAutre aperçu de la vue arrière des panneaux ensemble

Oui, mais bon. 3 panneaux, c'est un peu juste. On a donc décidé d'en faire un quatrième.

Étape 4 : Application de la sous-couche sur les panneaux

Là, vous allez le voir sur les photos, Mathieu a donné de sa personne pour appliquer la sous-couche sur les panneaux de bois, avant de pouvoir coller la tapisserie. Si vous cherchez un expert du rouleau, maintenant, vous pouvez faire appel à lui.

Mathieu qui applique la sous-coucheMathieu qui a avancé la sous-coucheMathieu qui a fini la sous-couche. GG.

Étape 5 : On colle la tapisserie

L'esprit de Valérie Damidot nous a habité pendant cette épreuve. Munis de notre plus belle maroufle et de pâte à encoller, nous avons lutté contre vents et marrée, nous avons escaladé les plus hauts sommets, risqué de chuter dans les plus profonds ravins, mais nous y sommes parvenus. La tapisserie est collée et ça commence sérieusement à avoir de la gueule.

Les deux panneaux blancs sont désormais prêts pour recevoir la lumière des spots LED.

Les deux panneaux blancs

Et voici que Paul applique le papier-peint imitation mur de brique.

Début du collage du papier-peintPaul qui manie la maroufle comme jamaisVue artistique d'un papier peint fini de posé à côté de Paul qui s'apprête à démarrer le deuxième panneau

Franchement, ces 4 panneaux de bois, vous ne trouvez pas qu'ils se la racontent un peu ?

Aperçu d'un panneau terminé avec le papier peint imitation mur de briquesLa même photo que précédemment avec un spot de lumière devantLes 4 panneaux, tous ensemble. Et c'est beau, putain.

Étape 6 : Fabrication de la table

À l'étape 1, on évoquait la forme de la table, composée de deux éléments (vous avez même pu voir la modélisation en 3 dimensions). Mais en prenant un peu de recul sur cette conception, nous nous sommes rendu compte de plusieurs problèmes :

  • Tout d'abord, que la forme serait peut-être un peu complexe à fabriquer et qu'il fallait se rabattre sur quelque chose de plus simple.
  • Si la disposition des animateurs de l'émission Popcorn nous avait fortement inspirée, elle demande énormément de place sur la largeur ; une place que nous n'avons pas forcément à notre disposition.
  • Enfin, il fallait mieux éviter de filmer la table du dessus (sait-on jamais…), on vous laisse retourner voir la modélisation en 3D pour que vous compreniez de quoi on parle…

Nous avons donc choisi de partir sur une forme plus simple, du qui-a-fait-ses-preuves : un V. Au centre du V, le pupitre de Kris est un peu surélevé par rapport au reste de la table. Aucun arrondi compliqué à découper et une disposition qui sera plus simple à intégrer dans l'espace qui s'offre à nous.

Pour commencer, il a bien fallu découper quelques planches afin que tout cela prenne forme.

Paul qui manie la scie circulaire avec beaucoup de précaution pour ne pas découper les pieds de DamienAperçu des deux "branches" du V

Comme évoqué plus haut, nous avons choisi un revêtement en PVC pour recouvrir la planche. C'est plus élégant, c'est économique, ça se pose plutôt facilement, et ce modèle-là en particulier est plutôt joli. Petite difficulté tout de même : faire attention aux raccords pour ne pas laisser de ligne visible.

Aperçu du revêtement qui sera appliqué à la tableDécoupage de grande précision des formes dans le revêtement en PVCAperçu d'une des planches terminées

Le raccord au centre du V forme le pupitre de Kris. Il adopte une forme ressemblant à un hexagone. Vous savez, cette forme que l'on retrouve dans les rûches des abeilles pour qu'elles puissent y stocker leur miel. Bon là, on dirait un hexagone fait par une abeille qui n'aurait pas consommé que du nectar de fleur, mais en même temps, c'est normal : le but du raccord du V n'est pas de faire une forme symétrique, mais une forme adaptée, ergonomique et élégante pour que le pupitre s'intégère parfaitement avec les deux "branches" du V.

Petites difficultés là encore : trouver une façon idéale de bien découper le revêtement en PVC pour le pupitre. On voit aussi Mathieu qui s'affaire à appliquer de la colle sur le revêtement. Une tâche de la plus haute importance dans la conception de ce studio, puisque ce revêtement ne devra pas se décoller avec le temps, un peu comme les étiquettes de Buzz l'Éclair dans Toy Story 4.

Le découpage du revêtement pour le pupitreMathieu qui applique la colle précautionneusement

La disposition des 3 éléments de la table est un point important pour être sûr que tout rentre correctement dans le studio, à ce stade. On a beau faire des mesures, c'est bien connu que tout se passe bien, seulement en théorie. Donc histoire de voir la place qui sera occupée, on dispose les tables à même le sol… et on regarde ce qui se passe. Petite précision sur les photos : les deux premières montrent la place nécessitée par le pupitre de Kris (qui fait bien chier parce qu'il a besoin de mettre son micro, un ordinateur et des feuilles de papiers !) ; la seconde photo montre les tables terminées disposées dans la pièce.

Les besoins de KrisLa disposition générale avant la fabrication du pupitre-jonctionLe rendu final de l'agencement des tables

Étape 7 : Les pieds de la table

Le moment est venu de vous faire une grande révélation : une table ne tient pas en l'air toute seule. Oui, ça fait mal, on vous a peut-être menti toute votre vie, mais c'est pourtant un fait : pour qu'une table soit à la bonne hauteur, elle a besoin de pieds (désolé de briser vos rêves et vos croyances).

La solution qui a été retenue pour apporter une certaine stabilité à l'ensemble tout en permettant de fixer le bardage ultérieurement est celle que l'on peut voir schématisée par de petits bouts de tasseaux ci-dessous. Cette structure constitue le pied de la table, mais d'un seul côté.

Structure schématique du pied

En pratique, cela donne quelque chose comme ça :

Structure du pied

Si cela n'est pas encore très clair, comprenez bien que la table reposera sur la partie haute, que le pied est contre le sol sur la partie basse et que le bardage sera positionné à la verticale.

Bon, un pied seul, ça ne fait pas grand chose, on va donc en fabriquer un deuxième et relier les deux par des tasseaux sur la longueur de la table. Et voilà le résultat, sans et avec la table par dessus.

Structure de maintien de la tableLa table est terminée !

Étape 8 : Le bardage en bois

Le bardage en bois est la partie la plus longue à réaliser de cette table. Pas vraiment parce qu'il fallait couper des planches mais surtout parce qu'il fallait démonter d'anciennes palettes et en retirer tous les clous. Le doigt de Mathieu se rappelle très bien du côté sournois du bois qui aime bien glisser des échardes dans le premier bout de peau qu'il trouve. Hostile, la nature.

Le bardage a une utilité multiple :

  • C'est joli
  • Ça cache nos pieds et quelques câbles pas beaux
  • Ça fait cabane
  • C'est beau
  • Ça permet de fixer des écrans dans les tables
  • Ça permet aussi de masquer un peu le matériel qui sera à portée de mains
  • Et enfin, vraiment, c'est très joli.

Histoire d'avoir un rendu sympa, l'idée était de ne pas faire un genre de lambris tout droit, mais un assemblage un peu brut de planches qui donnent une impression de dépareillement, tant sur la couleur que sur la hauteur. C'est en cela que les palettes sont utiles : comme ça, on pourrait croire que c'est un matériau tout moisi, mais en vrai et bien travaillé, ça apporte un vrai charme à l'ensemble.

Un petit essai sur quelques planches de bardage

Quand on fabrique un studio, on se pose pas mal de question sur la façon dont les plans sont filmés. Comme Clem habite Paris et qu'il anime à distance, il fallait un moyen de l'intégrer à l'image avec nous. De la même façon, comme nous ne réclamons pas à nos invités de se déplacer pour participer à nos émissions, il fallait que l'on puisse les intégrer eux aussi à l'image (sauf pour les plus moches d'entre eux, faut pas déconner).

Au départ, nous partions sur l'idée de les intégrer soit dans un coin de l'écran, soit dans un plan en plein écran. Si on garde l'idée du plan en plein écran, surtout quand le réalisateur vidéo décidera que Clem ou le(s) invité(s) sont les protagonistes qui nécessiteront à l'image toute l'attention des spectateurs, on a préféré ne pas encombrer l'image de petits plans dans un coin.

La solution que nous avons choisie permet d'intégrer bien mieux Clem et nos invités à l'image "comme s'ils étaient avec nous" (énorme !). C'est à cela que serviront principalement les 2 écrans intégrés aux tables.

Fabrication du bardage, en laissant un trou pour l'écranDamien qui se fait habilement passer pour un écran, l'illusion est parfaite

Et il faut dire que, là encore, le résultat a quand même une sacrée gueule ! L'écran s'intègre parfaitement dans une table, aucun fil ne dépasse, aucune bordure n'est visible. D'ailleurs, sur la première photo, on peut voir que les tables sont rangées l'une derrière l'autre. C'était un autre objectif de la création de ce studio : pouvoir le ranger facilement afin qu'il soit un peu modulable.

Vue des tables terminées et rangéesAperçu de la table d'un peu plus prèsAperçu d'une table de face avec l'écran allumé, Damien for scale

Étape 10 : La jonction des deux tables

Comme vous pouvez le voir dans la photo ci-dessous, sur laquelle on peut apercevoir quelqu'un qui, d'après les plus grands experts, semble être Mathieu, on peut apercevoir les jambes de cet individu. Non seulement, ce n'est pas très esthétique par rapport à tout le reste du bureau, mais en plus ça empêchera la personne au centre du bureau de cacher son bordel et de pouvoir faire émission en sous-vêtements par temps chaud.

On nous confirme dans l'oreillette, il s'agit bel et bien de Mathieu et de ses jambes

Il n'y a pas grand chose à ajouter, le processus de fabrication a été plutôt similaire aux deux autres parties du bureau. Notez quand même que cette jonction ne possède pas d'écran intégré et le bardage à l'avant ne vient pas camoufler l'avant de la table. Sur ce bardage sera graphé un logo de chacal à la bombe de peinture.

Vue panoramique du bureau completVue de face avec, de gauche à droite, Mathieu et son arme de prédilection, la perceuse ; et Paul qui tient très fermement un micro entre ses mains avec beaucoup de vigueur et de ténacité

L'est beau, notre bureau, pas vrai ? Ajoutons une dernière chose : les 3 éléments ne sont pas solidaires les uns des autres. Cela permet de ranger facilement le bureau dans un coin le reste du temps, pour qu'il ne prenne pas trop de place.

Étape 11 : Les lumières

Alors, la lumière, onde ou corpuscule ? Bon ici, on s'en fout. N'empêche que c'est bien pratique pour que vous puissiez nous voir convenablement à l'image sur notre chaîne Twitch. Nous avons 2 groupes de lumières à notre disposition :

  • Des lumières blanches qui éclaireront nos jolis minois
  • Des jeux de lumières colorés contrôlables qui viendront habiller visuellement la vidéo ; ces jeux de lumières habilleront principalement les panneaux blancs.

En premier lieu, il a fallu fixer 2 des 4 lumières blanches au plafond du local. Ces lumières sont des lumières basse consommation associées à un parapluie réflecteur. Comme nous n'avions pas sous la main de moyen facile et efficace pour fixer ça, en sachant que l'on voulait conserver la possibilité de déplacer facilement ces lumières en particulier, nous avons opté pour le système D. Comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessous, un tasseau en travers du plafond qui vient maintenir le pied du parapluie et le tour est joué !

Le système D à l'œuvre

Les deux autres lumières blanches (panneaux LED blancs) prenant moins de place, ils ont eu la chance de rester au sol, eux.

Vient ensuite la mise en place des spots LED colorés. 2 sont positionnés de part et d'autre de chaque panneau blanc, et 2 autres sont fixés sous la table et orienté vers les panneaux blancs, de part et d'autre de la jonction centrale.

Paul et Damien qui fixent les spots LED avec beaucoup de passionMême photo que précédemment mais en pas pareil

Et voici un aperçu de l'ensemble des lumières. Notez bien que les volets étaient fermés et que les néons du plafonnier étaient éteints.

Aperçu de l'ensemble des lumières

Enfin, voyons ce que tout cela donne, dans le noir. La première photo vous montre la lumière qu'on se prendra dans la tronche pendant les directs ; la seconde a été prise avant que la tapisserie ne soit posée, mais comme elle est jolie, on la met quand même ici.

Jeu de lumières blanchesJeu de lumières colorées

Étape 12 : La décoration

Maintenant qu'on a fait une belle table et de beaux panneaux, il va falloir décorer tout ça. Parce que même si le studio commence à avoir une sacrée gueule, ce n'est rien… mais alors, absolument rien, si on ne décore pas tout ça !

Nous avions déjà quelques idées en tête :

  • Accrocher des étagères aux panneaux
  • Ajouter un côté bucolique avec un peu de verdure
  • Intégrer au décor des petits clins d'œil à la pop-culture, si en plus ces éléments sont des éléments qui nous parlent personnellement, c'est encore mieux !

Mais une fois ces idées bien ancrées, on y a été à l'impro totale. Un petit tour chez un célèbre fabricant de meubles suédois et dans quelques autres boutiques, IRL mais aussi en ligne, et nous voici avec tout un tas de choses à répartir dans le studio :

  • Des étagères
  • Du faux lière
  • Des fausses plantes (ouais, pour l'entretien, c'est plus simple)
  • Des petites guirlandes lumineuses
  • Un tableau noir adhésif
  • Des plaques métalliques décoratives
  • Et le plus important : des babioles, plein de babioles. Tellement de babioles qu'on s'est dit qu'on les fera tourner dans le décor, émission après émission

Exemple de babiole 01.jipègueExemple de babiole 02.jipègueExemple de babiole 03.jipègueExemple de babiole 04.jipègue

À cela se sont ajoutés des bandeaux de LED supplémentaires pour que l'éclairage des panneaux blancs soit optimal. Ces bandeaux sont aussi contrôlables, tout comme les spots.

Damien s'est également découvert des talents de graffeurs pendant cette phase cruciale de décoration. On a donc été imprimer un logo des Chacals suffisamment grand pour qu'il puisse être peint sur le bardage de la jonction centrale de la table. Puis Damien a pu évacuer ses pulsions meurtrières en s'armant d'un cutter pour détourer le logo imprimé et créer ainsi un pochoir.

Damien manipulant un outil extrêmement dangereuxDamien qui a fini de manipuler un outil extrêmement dangereux

Ensuite, le logo des Chacal a été punaisé sur le bardage. On avait pris soin de conserver une petite attache entre l'œil du chacal et l'extérieur de la tête, de façon à pouvoir le positionner correctement au moment de l'accrocher.

Jouons au jeu des une différences entre cette image…… et cette image

Une fois le pochoir accroché, on pouvait découper la petite attache et protéger le contour du pochoir pour éviter que la peinture ne vienne s'appliquer à des endroits indésirables. Et z'est barti !

Damien qui tag, si si t'as vu, tkt

Étape 13 : La moquette

Dernier détail qui vient finir le tout, la moquette. Chez les Chacals, on aime bien ne pas faire comme les autres. Donc on a décidé de poser la moquette… après tout le reste. Bon c'est aussi parce qu'on a eu l'idée en cours de route et parce qu'il y a eu un gros retard de livraison. Mais qu'importe cette moquette sera posée.

La moquette aura une utilité multiple :

  • Rendre le sol un peu plus élégant à l'image
  • invisibiliser quelques câbles (sur un sol blanc, les câbles noirs se voient mieux, on a donc pris une moquette sombre)
  • Traiter un peu l'acoustique du studio

Problème : le Grand Confinement de novembre 2020 est passé par là. Il a donc fallu reporter la pose de la moquette à plus tard. En attendant, vous pouvez toujours vous imaginer une moquette, belle, duveteuse, agréable au toucher, d'une qualité exceptionnelle. On pourrait dormir dessus. Bon j'exagère un peu, OK, mais en attendant, rendez-vous dans les prochaines émissions qui se dérouleront sur place pour pouvoir contempler cette magnifique moquette.

Pour finir

Voilà, le studio est fin prêt 🤩 ! Ou en tout cas, il est fonctionnel (je n'ai pas détaillé toute la partie technique, mais sachez qu'elle nous a donné beaucoup de sueurs froides aussi). L'ensemble évoluera petit à petit dans le temps, au fur et à mesure que nous aurons des babioles à ajouter dans le décor et si vous continuez de supporter nos productions.

WOOOAAAHHHH !!

Avec votre consentement, nous collectons quelques statistiques de visites pour sur notre site. En savoir plus